PARENTALITE, Ressources Parentales

9 raisons pour lesquelles les parents doivent jouer avec leurs enfants

“Ce dont les enfants ont vraiment besoin, ce sont les choses que souvent, nous avons le plus de mal à leur donner : du temps et de l’attention” Carl Honoré

Cher.e.s Tou.te.s,

Il y a un jour ou deux, j’ai partagé sur les réseaux sociaux des extraits de « Quand les écrans deviennent neurotoxiques, de Sabine Duflo » l’une de mes lectures en cours. Les réactions qui ont suivi ce partage m’ont inspiré la rédaction de ce billet.

Comme l’indique le titre du livre, l’autrice tire la sonnette d’alarme en décrivant les conséquences dramatiques qui découlent de l’exposition des enfants aux écrans. En partageant mes bouts de lecture, de nombreuses mamans ont reconnu qu’elles donnent à leurs enfants les écrans (télévisions, tablettes, smartphones, jeux vidéos) pour souffler 15 minutes ou pouvoir vaquer librement à leurs occupations. Elles ont également reconnu qu’elles n’en sont pas fières, mais elles n’ont pas le choix. Parmi elles, plusieurs m’ont demandé ce que je propose pour faire autrement.

kids-painting-and-creating_4460x4460

Je ne leur ai pas donné une réponse immédiate parce que je n’avais pas matière à répondre sur le moment, mais je leur ai dit que c’était un problème récurrent dans beaucoup de famille, y compris la mienne. J’y suis moi-même confrontée, et j’essaie de réguler au mieux le temps durant lequel j’autorise mon fils à regarder un dessin animé. Oui, chez nous aussi, le P’tit Coeur de 2 ans et demi regarde de temps en temps des dessins animés ou des comptines en vidéo. Personnellement je ne culpabilise pas de le faire car je ne suis pas partisane du tout ou rien. Je crois au contraire qu’il faut savoir faire preuve de parcimonie.

Ainsi, je ne suppose pas que “le fait d’avoir regardé la télé quand j’étais enfant ne m’a pas desservie, donc je peux laisser mon enfant la regarder pendant de longues heures.” De même, je n’ignore pas les signaux d’alerte que certains professionnels médicaux et de l’enfance émettent vis-à-vis de l’omniprésence des écrans dans les foyers. Je m’informe sur le sujet pour pouvoir agir en pleine conscience. D’où la lecture de ce livre. J’espère que la fin de ma lecture et mon retour d’expérience me permettront de vous proposer un billet qui abordera cette question dans les détails.

kids-playing-with-block-toys_4460x4460

En France,  l’étude Ipsos “Kids & Screens : usages et comportements de la génération vidéo”, parue en 2015, révèle que l’équipement numérique d’une famille française moyenne est de 9,8 écrans par foyer avec enfants ! Dans un article paru en 2018 sur le site du Figaro, on apprend en outre que 16% des 7-12 ans ont leur propre télévision, 22% leur propre smartphone et 36% d’entre eux leur propre tablette. Cet équipement numérique est d’ailleurs celui qui a le plus augmenté entre 2013 et 2017, où 71% des foyers en étaient équipés. Dans son livre, Sabine Duflo (psychologue clinicienne et thérapeute familiale) dit qu’elle reçoit régulièrement en consultation des enfants déconnectés du monde et surexposés en permanence aux écrans dès la naissance, avec les smartphones et les tablettes notamment.

Il suffit d’observer les publications des parents sur internet, lire les études consacrées au Numérique, se promener dans les rayons de jouets, pour constater que les écrans sont partout ! Ils se sont tellement démocratisés que beaucoup de parents choisissent d’offrir à leurs enfants des tablettes numériques ou “éducatives”, à la place des jouets traditionnels, parfois dès le plus jeune âge (1 an !).

La majorité des mamans avec qui j’ai échangé ne vit pas en Europe, mais au Gabon. Je sais, pour avoir vécu au Gabon, que c’est difficile d’acheter des jeux et des jouets aux enfants. Les prix élevés et l’offre disponible sur le marché l’expliquent en partie.  Au Gabon, les enfants reçoivent des jouets à Noël ou quand ils sont chanceux, pour leurs anniversaires. La plupart des jouets vendus au Gabon sont importés et donc, ils coûtent excessivement cher. Ce n’est pas un luxe que toutes les familles peuvent se permettre, et quand elles peuvent en acheter, elles n’ont d’autres choix que de se rabattre sur des jouets bon marché. Quand ils achètent des jouets à leurs enfants à Noël par exemple, les parents prennent donc ce qu’ils peuvent avec le budget qu’ils ont. La conséquence c’est que ces jouets ne font pas long feu, et il n’est pas rare de constater que dès le mois de janvier, il n’en reste qu’un vague souvenir ou des pièces détachées égarées par ci, par là. Que faire ? Comment occuper son enfant quand il n’y a pas de jeux ou de jouets à disposition pour le divertir ?

Là je parle du Gabon. Mais au fait, qu’en est-il de la France, du Canada et des USA ? Dans tous ces grands pays occidentaux, les jeux pour enfants et les jouets sont plus facilemet accessibles, de meilleur qualité et il y en a pour toutes les bourses. Malgré tout, on y observe, curieusement, le même phénomène. Dans la majorité des familles, les écrans ont remplacé les jouets traditionnels, et les enfants les utilisent seuls, tout le temps. Je lis les mêmes publications sur internet, et parfois, j’ai les mêmes échanges, plus ou moins détaillés avec les mamans qui y vivent. Il ne s’agit donc pas seulement de moyens financiers et de marché du jouet ? Pourquoi, de nos jours, proposons-nous systématiquement à nos enfants, une tablette, un smartphone ou un écran de télévision pour les divertir ?

kids-sand-castle_4460x4460

L’objectif de mon billet n’est pas de vous donner des exemples de jeux ou des marques de jouets pour divertir vos enfants. Ce que je vous propose aujourd’hui, c’est de découvrir ensemble l’importance du jeu chez les enfants, et surtout, les raisons (non exhaustives) pour lesquelles il est important que les parents jouent avec leurs enfants.

Pourquoi le jeu, me direz-vous ? Eh beh, parce que la question qui m’a été posé par ces mamans c’est : “comment divertir les enfants sans leur proposer systématiquement un écran ?” Pour moi, se poser cette question revient à se demander : “Pourquoi pensons-nous que les écrans sont le meilleur moyen de divertir ou d’occuper nos enfants?”. Et en élargissant le champs de cette question : “Qu’est-ce-qui est censé divertir ou occuper naturellement l’enfant ?” Pour moi, la réponse est évidente : le jeu !

father-daughter-peek-a-boo_4460x4460

Le jeu est important pour le développement et l’épanouissement de l’enfant. Je pense qu’il ne sert à rien d’acheter des jeux et des jouets si on n’en profite pas avec son enfant. En fait, qu’on ait ou pas des jeux à disposition n’est pas le problème. Ce qui compte, c’est partager un temps de jeu avec son enfant. Et pour y arriver, il faut comprendre pourquoi jouer avec son enfant est important.

Jouer avec ses enfants n’est pas une chose naturelle pour beaucoup de parents, comme le fait de les nourrir, les soigner et les vêtir par exemple. Selon moi, différentes raisons peuvent l’expliquer :

  • Quand ils étaient enfants, ces parents n’ont pas joué avec leurs propres parents. Ce n’est pas une habitude qu’ils ont eue
  • Ils trouvent que le jeu est une activité exclusivement réservée aux enfants, et n’ont donc jamais pensé à le faire. Ils ont du mal à “redevenir” l’enfant qu’ils ont été, ne veulent pas lâcher prise et se trouve ridicule de se mettre à la hauteur de leurs enfants pour jouer avec eux
  • Ils ne savent pas à quoi jouer avec leurs enfants
  • Ils savent pas quand et comment trouver du temps pour jouer avec leurs enfants
  • Ils ne savent pas quel comportement avoir vis-à-vis de leurs enfants (pendant le jeu) et vis-à-vis de l’activité à partager

Personnellement, j’ai pris l’habitude de jouer avec Mon P’tit Coeur depuis son plus jeune âge : sourires, regards, gazouillis, babillages, cubes, hochets, livres, voitures, trains, peinture, coloriage, etc. J’aime beaucoup ces moments de partage et de détente qui nous font du bien à tous les deux. Grâce aux jeux que nous faisons nous avons développé une grande complicité. De plus, j’ai remarqué qu’en me mettant à sa hauteur pour jouer avec lui, je le rassure, je renforce le lien d’attachement qui nous unit et j’efface “le rapport de domination naturelle parent-enfant”. C’est important pour son éveil et la confiance en soi. Pourtant, il y a des moments où je traine les pieds lorsqu’il me sollicite pour un jeu supplémentaire. Dans ces moments, je lui explique qu’il doit aussi (apprendre à) jouer tout seul. Quand il joue tout seul, je l’observe ou je m’éloigne un peu, selon l’état dans lequel je suis. Se forcer (à jouer) ne sert à rien en effet, et le laisser jouer seul de temps en temps ne fait pas de moi une mauvaise mère. Les parents ont le droit d’être fatigués ou occupés, et il est tout aussi important que les enfants le comprennent. Il faut juste leur expliquer clairement les choses pour éviter que tout se mélange dans leurs têtes. On a l’habitude de comparer les enfants aux éponges car dit-on, ils ressentent tout. C’est également vrai pour le jeu. Si nous nous forçons à jouer avec eux, ils ressentiront notre manque d’implication et notre mauvaise volonté. N’oublions pas qu’il est bon que les enfants soient seuls, s’ennuient et jouent seuls de temps en temps, c’est aussi bon pour leur imagination.

girls-462072_1920

Il ne faut donc pas culpabiliser ! Il faut plutôt s’adapter ! Les parents qui travaillent culpabilisent de ne pas avoir le temps pour jouer avec leurs enfants. Et ceux qui ne travaillent pas (dans une entreprise) culpabilisent de ne pas être en mesure de jouer avec leurs enfants parce qu’ils sont stressés et occupés par les tâches domestiques. Si nous culpabilisons de ne pas jouer avec nos enfants, nous allons paniquer et être figés par la peur. Dans cet état, nous n’allons pas agir, nous n’allons pas essayer de le faire parce que nous allons nous convaincre que nous n’en sommes pas à la hauteur, que ce sera nul ou que nous allons nous laisser déborder par tout ce qu’il y a à faire à la maison. La peur nous convaincra que nous ne savons pas prioriser les tâches, et que jouer avec nos enfants n’est pas une priorité.

Je suis consciente que le temps destiné aux jeux ne sera pas le même si les parents travaillent en extérieur ou pas. Mais au-delà de ce facteur temps, tout est une question de choix. Il faut décider de le faire pour trouver comment le faire ! Ce sera abordé une autre fois 🙂  

family-playing-in-morning-light_4460x4460

Je vais à présent vous dire les 9 raisons pour lesquelles, selon moi, il est important de jouer avec ses enfants.

 

1. Jouer avec son enfant permet de développer les compétences sociales de l’enfant. En voulant faire comme son papa ou sa maman par exemple, l’enfant va se mettre à la place de l’autre et cela va l’aider à développer son empathie. C’est le cas des jeux d’imitation. D’autres jeux comme les jeux de société vont lui apprendre des valeurs importantes qui lui serviront toute sa vie. C’est ainsi que grâce aux règles du jeu, l’enfant va apprendre à avoir des interactions avec les autres, se familiariser avec des valeurs comme le respect, l’entraide, la solidarité, la patience, la hiérarchie, l’autorité, etc. Les règles du jeu montre à l’enfant que la famille et la société sont organisées en règles, parfois contraignantes, mais nécessaires à notre équilibre. Cependant, l’aspect ludique et non contraignant du jeu l’aidera à se les approprier plus facilement.  

2. Jouer avec son enfant nous aide à le découvrir autrement.  Je n’oublierai jamais les colères que faisaient ma nièce lorsqu’elle perdait à un jeu. Toutes les fois où nous jouions à un jeu, peu importe lequel, il fallait qu’elle gagne ! Si elle perdait ou était dans l’équipe perdante, elle faisait de terribles colères, qu’on soit à la maison, au parc ou dans une ludothèque. C’était impressionnant. Elle avait du mal à contenir sa colère, et refusait les situations d’échec. Ces épisodes successifs ont permi à ma cousine et son mari de découvrir une autre personnalité de leur fille. En effet, rien ne laissait penser que la petite avait du mal avec le fait de perdre ou d’échouer, et la gestion d’une émotion comme la colère. C’est une enfant calme, joyeuse, à l’écoute et serviable. Ce sont les temps de jeu qui ont révélé cet aspect d’elle. Cette découverte a permi aux parents de réfléchir à un moyen de “canaliser” ces pics de colère, en lui expliquant les vertus de l’échec. Cela s’est fait grâce au sport et aux arts martiaux, et aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre.

3. Une autre raison pour laquelle il faut jouer avec son enfant, c’est que jouer avec l’enfant renforce sur l’estime de soi. A cause de nos emplois et nos diverses occupations, nous parents, avons souvent tendance à prétexter le manque de temps pour jouer avec nos enfants. Oui, nous sommes fatigués quand nous rentrons du travail et qu’il faut encore cuisiner ou s’occuper des plus jeunes. Oui, le soir nous sommes exténués par une journée passée à courir partout ou à faire le ménage et les courses. Mais… Quand on se pose 15 ou 20 min, deux ou trois fois par semaines pour jouer avec ses enfants, l’enfant sait, peu importe son âge,  qu’il est important pour nous. Oui, même les bébés le ressentent !  Quand les enfants sont plus grands et conscients que nos journées sont chargées, nous voir leur consacrer un quart d’heure le soir ou 1 heure le week-end pour un temps de qualité, les valorisent. Le message transmis implicitement est “ tu es important, tu comptes pour moi ”. Cela renforce l’estime de soi des enfants, ainsi que le lien parent-enfant.

4. Un autre aspect important du jeu avec les enfants c’est que jouer avec eux les aide à développer la créativité et l’imagination. Comme je le disais plus haut, les jeux de rôle les aide à se mettre à la place des autres, mais aussi, à rejouer certains événements survenus dans la journée ou dans la semaine. C’est une bonne façon de se les réapproprier et de faire face à leurs émotions. En outre, l’enfant imagine et crée à partir de n’importe quoi. Par exemple, j’observe souvent Mon P’tit Cœur jouer avec ses cubes et ses ballons. Quand il ne construit pas une tour avec ses cubes, il en fait des chaussures. Quand il ne lance pas son ballon, il le transforme en téléphone. Et quand il parle au téléphone, il se déplace dans tout l’appartement (comme son papa lorsqu’il est au téléphone). Je suis sûre que les exemples de ce type sont légion dans toutes les familles.

5. Jouer avec son enfant lui permet aussi de prendre conscience de ses émotions et de son corps. C’est le cas des jeux de motricité et de motricité fine : attraper une balle, des pinces à linge, enfiler des perles sur un morceau de fil ; faire des parcours pour grimper, sauter, faire du toboggan ou de la balançoire… Tous ces jeux font apparaitre des émotions que l’enfant ne sait pas toujours gérer : colère, appréhension, peur, joie, impatience, etc. En tant que parents, notre rôle est de les aider à y faire face le plus aisément possible.

6. Il y a un autre grand intérêt dans le fait de jouer avec son enfant : l’aider à enrichir son vocabulaire et parfaire son langage. Quand on joue avec son enfant, on lui parle et pendant nos échanges, on nomme les objets qu’on utilise, on prononce de nouveaux mots, on répète des expressions que l’enfant va enregistrer, s’approprier et restituer à son tour.

7. Grâce au jeu, on va mieux connaître et de mieux comprendre son enfant. En lui proposant plusieurs activités, on va connaître ses préférences pour certains types de jeux. A la maison, Le P’tit Coeur aime les jeux qui mettent en scène des véhicules de transport : avions, trains et voitures. Ils font partis de ses préférés. Dans les créations artistiques, nous savons qu’il n’aime pas faire la peinture au doigt, mais au pinceau. Il aime faire du coloriage et des gommettes. Pour les jeux de société, il préfère les jeux d’associations et de classifications comme les Memory. Il n’aime pas les jeux avec des règles dans lesquels chacun joue à son tour… Quant aux Lego et autres jeux de construction, ça dépend du jour et de son humeur ! Vous voyez, il faut jouer avec eux pour les connaître et savoir ce qui leur plaît. C’est vraiment important pour savoir quoi leur proposer et quoi leur offrir par la suite. Dans le même temps, le jeu avec les enfants aident les parents à voir les difficultés de l’enfant. On peut par exemple réaliser que son enfant confond les couleurs ou a du mal à articuler certains mots. Il peut aussi avoir du mal à se repérer dans l’espace et le temps, ou présenter des difficultés de concentration. Il ne s’agit pas de transformer systématiquement les périodes de jeu en moment d’apprentissages déguisés, mais les difficultés révélées pendant le temps de jeu sont un bon repère pour les parents, pour savoir ce qui est acquis et ce qui est en cours d’acquisition chez l’enfant. En gros, ses préférences, ses difficultés et ses aptitudes.

8. Jouer avec son enfant l’aide à se confier, en disant ce qu’il ressent, ses peurs ou ce qu’il aimerait faire. C’est encore plus vrai lorsque l’enfant parle bien ou fréquente l’école.  En jouant, certains enfants disent comment s’est déroulée la journée d’école… Ces “confidences” fourmillent d’informations sur les relations aux enseignants, aux copains et copines, aux activités faites à l’école, à l’ambiance au collège ou au rapport à certaines matières. Des situations de stress, d’humiliation et de harcèlement peuvent être ainsi détectées.

9. Enfin la dernière raison que je peux citer, c’est que quand on joue avec son enfant on sécurise la relation parent-enfant et on profite simplement du moment présent. En observant attentivement mon fils, j’ai remarqué qu’il sait profiter du moment présent. Il ne se préoccupe pas d’hier et de demain. Ce qui compte pour lui, c’est ce qu’il fait, ce que nous faisons, et où nous sommes. Que l’on soit en voiture, dans le bus, ou en train de marcher, il se focalise uniquement sur ce qui l’entoure et ce qu’il voit. Quand on joue c’est pareil. Il s’émerveille facilement d’une voiture rouge, d’un avion dans le ciel ou d’un caillou qui traîne au sol. La facilité avec laquelle il profite du moment présent m’interpelle et me rappelle que je dois apprendre à le faire aussi. Il faut lever le pied et faire une pause, pour se concentrer sur le temps de jeu et de partage que nous avons avec nos enfants. C’est ça qui fera des moments de jeu des instants de qualité. Il faut laisser de côté le portable ou la télévision et être pleinement dans le jeu que nous partageons avec eux. Il faut s’investir entièrement 30 min ou 1 heure, c’est important. Leurs sourires nous diront merci ! Ne sont-ils pas nos plus belles récompenses ?

jump-1822412_1920

N’oublions pas que les enfants jouent naturellement. Ils aiment jouer. Ils doivent jouer. Le jeu, c’est un peu le langage naturel des enfants.

Je serai heureuse de savoir ce qu’il en est pour vous. Dites-moi en commentaires ou ailleurs si vous jouer spontanément avec vos enfants ou si au contraire, ça s’apparente à une corvée. Dites-moi également si à ce jour, les écrans sont le seul moyen que vous avez à disposition pour divertir vos enfants. J’ai hâte d’en savoir plus et d’échanger avec vous.

Merci de me lire <3

Jessica.

 

3 thoughts on “9 raisons pour lesquelles les parents doivent jouer avec leurs enfants

  1. Article très intéressant. Je joue souvent avec les miens. Mais sauf que pour arrêter ça devient un palabre. On commence avec le sourire et on finit avec les pleurs. Des fois je préfère les regarder jouer tous les deux.

    1. C’est beau de les regarder jouer 🙂 Quant aux palabres qui arrivent quand c’est le moment d’arrêter, j’en rigole souvent. C’est la nature des enfants, jouer fait partie d’eux <3 <3 C'est super ce que tu fais Inès ! Tu les dopes pour demain <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.