Bibliothèque, PARENTALITE

Deux magnifiques albums pour une ôde à l’amour parental !

« Si tu tombes, sois fort et ne cache pas tes larmes ». 
« Je t’aime parce que tu es mon enfant, mais que tu ne seras jamais à moi ».

Temps de lecture : 3 minutes.

Cher.e.s Tou.te.s,

Il y a toutes sortes de livres en littérature. En littérature jeunesse, il y a, pour les enfants, des livres qui aident, qui expliquent, qui accompagnent, qui rassurent et qui font grandir. Et il y a des pépites, ces livres qui mettent des mots sur les maux indicibles de l’enfance et de la petite enfance. Ces livres, simples et profonds, réussissent l’exploit de satisfaire à la fois les parents et les enfants. Mon amour et Ce que papa m’a dit, les deux albums jeunesse dont je vais vous parler aujourd’hui en font partie. Un énorme merci à Astride Desbordes (auteure) et Pauline Martin (illustratrice) qui nous offrent, avec ces livres, deux véritables bijoux à choyer en famille et à transmettre autour de nous.

Ce que papa m’a dit

L’album est cartonné et dès la première de couverture, on retrouve des illustrations coloriées en rose, gris, jaune, rouge et bleu. Des couleurs vives mais très douces, qui mettent en scène Archibald notre petit héros, son papa, la nature et les animaux. Sur chaque double page, Archibald et son papa ont une discussion au cours de laquelle, Archibald exprime des (ses) craintes et son papa le rassure en lui répondant avec bienveillance. Voici un bel album dans lequel la relation père/enfant est très joliment explorée et retranscrite !

A travers les 40 pages de l’album, les mots forts qui reviennent et que je note à chaque lecture sont la tendresse, la bienveillance, la sensibilité, l’émerveillement, la simplicité, l’honnêteté, la patience, la poésie et l’amour inconditionnel. Les dialogues entre Archibald et son papa portent sur les émotions, la construction de soi, la confiance en soi, l’estime de soi et l’amour parental. L’enfant verbalise ses craintes en parlant de la nuit, la foule, la solitude, la peur, etc ; et l’adulte lui répond à chaque fois avec calme, bon sens et bienveillance pour le rassurer.

Cet album est un gros coup de coeur chez nous tant le P’tit Coeur l’adore ! Nous l’avons acheté pour la fête des pères et depuis le succès est au rendez-vous à chaque lecture! Il le réclame régulièrement et se souvient des réponses apportées par le papa. Parfois, dans des situations de vie courante, il nous dit ce qu’il ressent avec la phrase « comme Archibald » !

Et l’orage passera. Et les étoiles brilleront. Et on n’est jamais vraiment seul. Il faut simplement se laisser du temps.

Pauline Martin et Astride Desbordes sont douées ! Leurs texte et illustration ont un pouvoir captivant sur les enfants ! Je les remercie sincèrement d’avoir pris le temps de matérialiser avec autant de justesse, de finesse et de profondeur les questions d’Archibald qui sont en réalité celles de nos enfants, et les réponses de son papa qui sont celles de leurs papas. Au final, ces échanges père/enfant magnifient la transmission, l’amour paternel, et la relation père/enfant à travers de belles leçons de vie sur la confiance en soi, l’optimisme et la persévérance.

Avec Astride Desbordes et Pauline Martin, les papas ont Ce que papa m’a dit, que je vous recommande évidemment ! Evidemment, les mamans ne sont pas en reste. Elles ont l’inclassable Mon amour que je vais vous présenter maintenant.

Mon amour

« Dis maman, est ce que tu m’aimeras toute la vie? ».

C’est avec cette question d’Archibald à sa maman que s’ouvre l’album Mon amour. Une question que se pose(ront) tous les enfants, extrêmement redoutée par les mamans (les parents), et face à laquelle on ne sait pas parfois quoi/comment répondre… Nos enfants, nous les aimons. C’est indéniable. Cependant, prenons-nous le temps de le leur dire et de le leur montrer ? J’aime dire que l’amour maternel (par extension, parental) ne se devine pas. Il se vit ! En tant que parents, nous ne devons pas supposer que nos enfants savent que nous les aimons. Nous devons (apprendre) à le leur dire, sans condition et sans honte, afin que toute leur vie ils s’en rappellent.

La maman d’Archibald est géniale ! Après avoir accueilli la question de son fils, elle le rassure de son amour inconditionnel et éternel, en lui dressant une longue liste des situations de la vie quotidienne où elle l’aime. Il n’y a pas une meilleure manière d’expliquer à son enfant à quel point on l’aime en tant que maman. Ce texte est fort en amour, humour, et émotion. Il est empreint d’une justesse incroyable qui témoigne de l’amour d’une mère pour son enfant. Toutes les mamans s’identifient à la maman d’Archibald, et tous les enfants retrouvent un petit bou d’eux-mêmes chez Archibald.

J’adore cet album, véritable ôde à l’amour inconditionnel qui lie une mère à son enfant, mais aussi, des parents à leur enfant. Sur chaque double page, la maman d’Archibald lui explique pourquoi et comment elle l’aime. De très beaux dessins mettent en scène ses mots pour ancrer dans l’esprit des enfants le sens de tous ces mots. L’enfant comprend qu’il est (sera) aimé qu’il soit courageux ou peureux, calme ou excité, propre ou sale, adroit ou maladroit, sage ou prompt à faire des bêtises, etc. Tous les enfants se retrouvent dans ces illustrations qui les montrent en train de dessiner sur les murs, mettre leur repas partout, dire qu’ils sont aussi forts et courageux qu’un chevalier alors qu’ils tremblent de peur devant une araignée ^^

J’ai beaucoup apprécié la complémentarité des scènes opposées qui montrent que l’enfant est aimé et accepté avec toutes ces facettes, et le fait qu’à aucun moment, la négation n’est utilisée. Ce qui compte, c’est l’insistance avec laquelle la maman d’Archibald lui dit qu’elle l’aime tel qu’il est.

« Je t’aime quand tu fais comme moi et quand tu fais comme toi. »

Ma phrase préférée, c’est la dernière de l’album : Je t’aime parce que tu es mon enfant, mais que tu ne seras jamais à moi. Quelle justesse ! Quelle puissance ! Quelle beauté !

Cette phrase fait écho à tout le livre et renvoie à la définition même de l’amour inconditionnel : aimer sans conditions ! Je pense que notre plus grand défi en tant que parent, c’est de continuer à aimer nos enfants même s’ils sont différents de nous. Nous projetons souvons nos espoirs et nos peurs sur eux, et dans nos têtes, nous réalisons pour eux des parcours de vie avec des chemins tracés. Nous voulons qu’ils.elles étudient dans tel domaine, aient X ou Y pour ami.e, aient telle personnalité, aient telle passion, etc. Nous oublions trop souvent que ces enfants, bien que nous les ayons mis au monde, ne nous appartiennent pas ! Ce sont des personnes à part entière avec leurs rêves, leurs envies, leurs personnalités, leurs faiblesses, leurs forces, leurs préférences, leurs défauts, leurs qualités, etc. Quand les choix qu’ils.elles font vont à l’opposé de ce dont on a toujours rêvé pour eux, nous entrons en conflit avec eux et avec nous-mêmes. Ces différences sont-elles plus fortes que l’amour que nous leur portons ? En lisant ce livre, nous comprenons que nous les aimons même s’ils ne nous ressemblent pas, même s’ils sont loin de nous, même s’ils s’éloignent de nous, même s’ils ne font pas exactement ce que nous voulons qu’ils fassent, même s’ils ne correspondent pas au modèle que nous avons d’eux dans nos têtes, même s’ils n’ont pas besoin de nous, etc.

J’ai eu mon fils il y a 3 ans, et s’il y a une chose que j’ai apprise en le regardant grandir depuis, c’est qu’il faut que j’accepte qu’il ait sa propre indépendance. Depuis qu’il n’est plus un nourrisson dépendant entièrement de moi (de nous), il affirme sa personnalité, parle de ses envies, veut TOUT expérimenter par lui-même, et bientôt, il exprimera sa propre vision du monde. Je sais quel est mon rôle : créer un cadre autour de tout ça avec la plus grande bienveillance. Ce n’est pas facile je l’avoue, mais c’est tout à fait possible. Mon amour inconditionnel m’aide ! Grâce à lui, je sais que mon P’tit Coeur grandit en ayant confiance en lui. Il vit, expérimente et apprend sans se préoccuper de plaire ou de réussir absolument.

Voilà qui nous conduit à la fin de ce billet. Si vous n’avez pas encore lu ces deux livres, je vous recommande fortement de le faire. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus de vos lectures.

Merci de me lire <3

Jessica.

2 thoughts on “Deux magnifiques albums pour une ôde à l’amour parental !

  1. Ton style se professionnalise au fil du temps! Puis-je dire que tu es une critique littéraire à la recherche du bon goût? Merci aussi de lire des livres de mauvais et de nous les déconseiller (pourquoi pas)! Bon vent G6k

    1. Je suis en effet à la recherche de mon style ! C’est bien vu 🙂 Pour ce qui est du choix des livres que je choisis de chroniquer, c’est un parti pris de ne présenter ici que ceux que j’aime et recommande ! Pour être plus précise, je suis moins enthousiaste à l’idée de parler d’un livre que je n’ai pas aimé…car c’est très subjectif ! Mais je vais devoir m’y coller dans les prochaines semaines. C’est une suggestion que je reçois de plus en plus ! Merci beaucoup de me lire et de me faire ces retours Nadège 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.